La république se prostitue sur le trottoir des dictateurs Leurs belles paroles on y croit plus... (1)

Paroles exagérées d’un couplet de la chanson  «On lâche rien !» ?
  Voire ! Comment qualifier certaines ventes récentes de bateaux - commandés et payés
par le président  Poutine - mais dont la livraison lui fut refusée pour non-respect des Droits De
l’Homme  (DDH)  -  on  a  des  principes,  que  diable  !  -,    puis  cédés  à  un  dictateur  égyptien,
financièrement secouru par le roi d’Arabie,…parce que respectueux des DDH ? À leur actif à ce
titre,  le général  Sissi  est  devenu président grâce  à  un  coup d’état, tandis  que  le roi  d’Arabie
(élu?) est responsable  de 133 décapitations en 9 mois, mais c’est son  ambassadeur qui  est
désormais à  la tête du conseil des Droits de l’Homme de l’ONU ! Soyons justes : n’oublions pas
que ces deux démocrates furent les premiers acheteurs de Rafales, avions peut-être estampillés  
DDH ? Dieu sait que nous tenons à nos principes ! 
  Nous  sommes  abreuvés  par  nos  medias  de  discours  DDH  et  spectateurs  atterrés 
d’actions guerrières menées par l’occident humanitaire. 
  Discours  DDH  :  l’Europe  est  championne  dans  la  proclamation  du  droit  d’asile...mais 
dépense  quelque  12  milliards  pour  fortifier  ses  frontières,  -  pendant  que  périssent  en  mer 
quelque  20  000  réfugiés  -,  et  n’autorise  la  demande  du  droit  d’asile  qu’à  partir  de  son  sol,
obligeant ainsi les réfugiés à être, d’abord, des clandestins, c’est à dire des illégaux.
  D’où viennent ces réfugiés sinon  de régions déstabilisées par  les interventions directes
ou indirectes, mais «humanitaires» opérées par l’Occident en Afghanistan, Érythrée, Soudan,
Irak, Yemen, Libye et Syrie, voire Afrique de l’Ouest ? Réfugiés parfois accueillis à bras ouverts
tels les bras de Merkel qui a proposé, avant de se raviser, d’accueillir 800 000 personnes, plus
pour  des  raisons  économiques  -  la  démographie  déficiente  de  l’Allemagne  -,  que  par  une
générosité dont les Grecs sont devenus, à leurs dépens, fins connaisseurs. À noter à ce propos
une inflexion de la diplomatie française (parce qu’autorisée, et peut-être commandée par Merkel
?) qui cesserait de mettre la charrue avant les bœufs en  menant la lutte contre Daesh sans le
préalable de la démission d’Assad.
 
  Quant  à  la  guerre  sociale  menée  contre  la  majorité  des  populations,  les  tanks  sont
inutiles, les banques suffisent ainsi que les actionnaires et leurs «valeurs»: leurs vrais héros sont
cet ex-PDG d’Alcatel qui, pour avoir licencié 10 000 salariés et ainsi «redressé la situation de
l’entreprise» est remercié par un pactole de 14 millions €, soit 1400€ par licencié. Ou cet autre
PDG de Volkswagen obligé de démissionner et qui devrait toucher entre (sic!) 28 et 80 millions € 
pour «l’invention du menteur diesel» comme le qualifie si bien  le Canard enchaîné .  
 
  Et notre bon vieux royaume de France reste «normal» : l’attaque soudaine, - non contre
les services publics, ils sont sacrés, n’est-ce-pas ? -, mais  contre ceux qui assurent ces services  
au nom de l’égalité...par le bas, règle aussi tacite que mise en œuvre,  n’est-elle pas un bon
moyen de détourner l’attention d’un CICE qui ne bénéficie qu’au seul patronat qui en transforme
les  fonds  (18  milliards  €)  en  exonérations  de  cotisations  sociales….sans  créer  le  moindre
emploi ! Normale aussi la guéguerre picrocholine  des chefs entre l’actuel qui se veut futur en
scrutant  une certaine courbe dont il espère l’inversion mais  ne voit rien venir  et l’ex qui se veut
de même et qui mise sur sa victoire parce que, dit-il la main sur le cœur, il a changé : il a en effet 
quitté le Fouquet’s (menu «dégustation» à 128€) pour le Bristol (menu «dégustation» à 320€).
 
  En somme rien de neuf, que du «normal », sous le soleil, et l’improbable, si on l’espère
encore, tarde à se manifester. 
  Pourtant, nous reprenons le refrain de la chanson citée dans le titre 
«On lâche rien, On lâche rien, On lâche rien!». On lâche rien ?... c’est en tout cas l’objectif
que se fixe L’Improbable à travers les rendez-vous qu’il vous donne.
 
(1) Groupe  Kaddour Hadadi dit HK
L’Improbable